MR OLYMPIA 2016. PHIL HEATH ÉGALISE LE RECORD DE DORIAN
Par Mike Lackner / Photo Garry Bartlett

Seuls deux hommes dans l’histoire ont réussi à dominer l’Olympia à 8 reprises ; il s’agit d’Haney et Coleman, puis à 7 reprises ; Arnold, et Dorian Yates à 6 reprises.
Bon, ceci était vrai jusqu’au week-end dernier, car Phil Heath s’est uni au britannique comme devenant le deuxième homme capable de dominer le Mr Olympia durant 6 ans de suite.

Le temps passe... à une vitesse folle. Vous rendez-vous compte que la compétition du Mr Olympia 2016 est déjà une affaire classée ? Il se peut que le premier événement de l’IFBB soit déjà retranscrit dans les livres, mais il y eut des chapitres très intéressants dans ce livre et si vous n’étiez pas à Las Vegas le 17 septembre, alors... vous avez raté une bonne partie de l’histoire !
Que ce soit pour la tentative de Phil Heath d’égaliser le record d’Arnold et de Dorian, ou pour la résurrection de Kevin Levrone, l’arrivée intempestive de Justin Compton, l’absence à nouveau de Kai dans la lignée de compétiteurs, ou le défi de Dexter Jackson par rapport à son âge, cet événement fut sans aucun doute un moment émouvant et intriguant pour les fans. Revenons en arrière dans le temps, en septembre 1965.
L’homme n’avait encore pas mis un pied sur la lune, le premier Superbowl de la NFP allait mettre encore deux ans à faire son apparition et il restait encore quatre ans avant que Yasser Arafat se convertisse en leader de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine). C’est aussi la première année où les Weider ont organisé la compétition appelée Mr Olympia pour que la terre entière puisse découvrir qui était le meilleur culturiste du Monde.
On dirait que cela fait très, très longtemps, n’est-ce pas ? Eh bien, un peu plus d’un an avant cette compétition, en juillet 1964, est né un des compétiteurs du Mr Olympia de 2016. Depuis, 52 ans se sont écoulés et Kevin Levrone ainsi que la compétition du Mr Olympia n’ont pas seulement survécu, mais ils se sont développés et ont grandi à des niveaux jamais vus auparavant.
Si vous avez lu les nouvelles sur le bodybuilding dans les revues, sur les réseaux sociaux ou à travers les forums depuis l’IFBB Pittsburg, vous serez sûrement au courant que Kevin Levrone a reçu une invitation particulière pour concourir à l’Olympia.
Comme Vince Taylor et Lou Ferrigno l’ont fait avant lui, Kevin allait essayer de démontrer qu’il fait toujours partie de l’élite bien qu’il ait passé la barre des 50 et soit resté à l’écart des scènes de compétition durant de nombreuses années (Lou avait 40 ans lorsqu’il fit son retour, mais cela faisait plus de dix ans qu’il ne concourrait pas). En plus de son âge, il s’inquiétait de la manière dont réagirait son corps après une absence de 15 ans dans le monde de la compétition. La mémoire musculaire est une chose, mais tout ce temps sans concourir, associé avec un corps qui vieillit, ajouteraient une grande complexité à l’entraînement et la diète de Kevin. Est-ce que le Maryland Muscle Machine aurait un grand impact, ou serait-il encore la même histoire de « j’aurais dû rester chez moi » ?
On en a entendu de toutes les couleurs concernant l’âge de Kevin, mais n’oubliez pas que le vice-champion de l’Olympia de l’an dernier aura 47 ans en novembre prochain. Dexter Jackson était pour beaucoup le numéro un pour battre Phil cette année. Il semblerait que Dexter était voué à un éventuel retrait il y a quelques temps, mais il a été capable de faire réapparaître sa meilleure forme afin de revenir au sommet de l’IFBB. Bien que Dexter ne soit pas très loin de l’âge de Kevin, la différence est que Dexter a continué de concourir et, par conséquent, il l’a fait en s’entraînant et mangeant comme un professionnel et en apprenant la manière dont l’âge affecte son corps.
Avec les cris des fans demandant aux juges de commencer à récompenser davantage les physiques les plus esthétiques et découpés, est-ce que La Lame récupérerait son Sandow cette année ?
En parlant des aspirants à la statue Sandow, il y avait un absent sur la lignée de compétiteurs et il s’agissait de Kai Greene. Kai a agit en tant que poseur invité à l’IFBB Pittsburg en avril et il avait réduit remarquablement le volume de sa taille et de son abdomen tout en retenant son volume, plénitude et densité dans tout le reste. Définitivement, il semblait prêt à convertir son règne à l’Arnold Classic (Kai a gagné à Columbus, au Brésil et en Australie) en une victoire de l’Olympia. Il existe deux versions de l’histoire de la raison pour laquelle il ne concourrait pas à Las Vegas, alors laissons les spéculations en dehors de cet article, toutefois, une chose est sûre... Les deux versions ont échouées !
Un autre grand nom qui décida de passer à cette occasion est le quatrième finaliste de l’an dernier, Dennis Wolf. Le Grand Méchant Loup se remet d’une maladie qui l’a obligé à faire un tour sur la table d’opération. Nous espérons que Dennis puisse accélérer sa récupération et nous revienne du mieux qu’il sait le faire... comme un monstre de la nature.

La précompétition
Maintenant, arrêtons de parler de ceux qui n’ont pas participé à la compétition, parlons plutôt des présents, et plus particulièrement de... Justin Compton. Le jeune lionceau a dominé l’Arnold Classic inaugural en Asie et a remporté le Golden State Pro cette année. Diable ! En 2008, Justin remportait la division d’ADOLESCENTS à la NPC Natural Ohio (compétition amateur) et maintenant, il matraque les meilleurs de ce sport. Justin a fait un bon travail en réduisant son abdomen distendu et en sculptant son physique cette année.
Les personnes bien informées l’avaient choisi pour surprendre les grands noms lors de sa première participation à l’Olympia et bien se classer... ou vaincre. Avaient-ils raison ?
Bon, parmi les 24 compétiteurs qui étaient classifiés pour l’Olympia 2016, seuls 19 se sont rendus à Las Vegas. Six de ces 19 athlètes montaient sur la scène du plus grand événement de l’IFBB pour la première fois. Comme nous l’avons mentionné quelques lignes plus haut, il y avait beaucoup d’histoires intéressantes, mais une fois que la compétition est terminée et que la poussière est retombée, il n’y a plus qu’une chose qui compte... qui sera celui qui remportera le prix le plus prisé du bodybuilding ?
Comme d’habitude, la ronde des demi-finales aura lieu le vendredi soir. C’était un privilège incroyable d’observer les 19 magnifiques bodybuilders monter sur la scène un par un et réaliser les poses obligatoires. Cela offre aux juges un bon aperçu afin de choisir ceux qu’ils passeront pour la ronde des comparaisons.
Mais souvenez-vous, tout athlète a un aspect phénoménal lorsqu’il est seul sur scène, c’est une fois qu’il se place à côté des autres que les différences commencent à se faire ressentir et deviennent alors évidentes. Toutefois, pour certains, ce n’était pas la peine de les comparer à côté de personne pour voir l’aspect incroyable qu’ils avaient. C’était tout de suite évident que Phil Heath ne jouait pas, Dexter était prêt à tout, Mamdouh Elssbiay (Big Ramy) était en meilleure forme que lors des derniers Olympias et Shawn Rhoden finalement s’est présenté dans les demi-finales sans rétention d’eau sous la peau. Roelly Winklaar avait enfin corrigé son abdomen distendu et avait réduit la taille, en plus d’apparaître avec plus de détails, au point où le public l’acclamait durant les poses libres. Et le nouveau garçon, appelé Justin Compton qui avait récemment remporté deux compétitions professionnelles, avait un aspect correct, mais il n’allait démolir aucune porte ce soir-là.
Toutefois, celui qui attiré toute l’attention durant la précompétition était William Bonac. Même si William s’était classé huitième lors de l’Olympia de l’an dernier, c’était encore un nom qui n’était pas dans la bouche de tout le monde dans ce milieu. Et personne ne l’avait choisi comme éventuelle figure de l’événement. Mais durant son show de poses libres, nous n’avons entendu que des « ohhh » et des « ouahhh » d’admiration et de surprise. Le public entier était émerveillé avec l’équilibre et la mise au point de ce garçon. Avec de grandes proportions, symétrie, séparations, striations et dur comme la roche... il avait un ensemble complet !
Ensuite venaient les rondes de symétrie, où les compétiteurs se placent à côté d’autres et réalisent les « quatre quarts » de tour. Cela apporte aux juges une meilleure vision de leur symétrie et leur condition en se comparant aux autres. Cela prépare également la scène pour le round suivant où les juges les rappellent en groupe afin de poser les uns contre les autres. Ce round permet de voir qui était dur et avec de petites tailles et qui était hors forme avec une forme de tronc.
C’est durant le round des comparaisons qu’il est plus facile d’obtenir une image de ce que les juges pensent. Comme on s’y attendait, ce fut au tour Heath, Rhoden et Jackson pour les premières comparaisons. Toutefois, ils appelèrent également Winklaar, Big Ramy et William Bonac. Par conséquent, il était facile de voir que ces athlètes seraient ceux qui configureraient parmi les six premiers. Après plusieurs poses, Dexter, Phil et Shawn furent écartés du reste, alors que les trois autres sont restés sur la scène pour continuer les comparaisons avec maintenant McMillan, McCarver et Lenartowicz qui se sont incorporés au groupe. Cela voulait dire que les trois qui ont ouvert les comparaisons pourraient probablement monter d’une place par rapport aux derniers athlètes incorporés, mais définitivement, Dexter, Phil et Shawn seraient ceux qui disputeraient les trois premières places.
Les comparaisons ont continué jusqu’à ce qu’arrive le moment d’aller se coucher pour se reposer et récupérer pour les finales du samedi soir. En général, la lignée de compétiteurs était fantastique et le niveau de conditionnement avait fait un bond en avant par rapport aux années antérieures. En plus, les 19 hommes étaient tous très compétitifs, et certains particulièrement dotés pour offrir une compétition plus que remarquable. Le samedi soir, nous verrons s’il y en a qui ont été capables de faire quelques ajustements de dernière minute, leur permettant d’améliorer leur position par rapport au vendredi.

Les finales du samedi
Les finales du samedi ont commencé par la réalisation des routines libres avec musique. C’est toujours la partie préférée du public, car non seulement on peut apprécier le physique de chaque compétiteur dans un spectacle avec musique, mais cela permet également de jeter un coup d’œil à la personnalité des compétiteurs ainsi qu’à leur créativité.
Les fans étaient très réceptifs pour la masse, car Big Ramy et Roelly ont probablement obtenu le plus grand soutien chaleureux de leurs fans. Le public semblait également apprécier grandement l’actuation de Bonac, Heath, Lenartowicz et Jackson. Après la ronde des poses, les compétiteurs furent réduits aux six premiers, et ensuite ils ont dû poser les uns contre les autres une fois de plus avant la remise des prix et l’annonce des classifications finales.

6º Roelly Winklaar
À la sixième place, nous retrouvons un Roelly Winklaar nouveau, avec un physique nettement amélioré... et le public était en désaccord avec cette position. Il aurait dû mieux se positionner que cette sixième place. La Bête Hollandaise avait l’air d’un homme parmi les garçons sur la scène avec ses énormes muscles, ses striations et sa petite taille. Il ressemblait à un personnage de dessins animés de par la quantité de muscles qu’il dégage. La seule explication d’une sixième place pourrait être le fait qu’il ait encore un abdomen un peu détendu lorsqu’il relâchait et que son esthétique générale peut ne pas être aussi agréable que celle d’autres athlètes, mais c’était définitivement le compétiteur le plus musclé et monstrueux de l’événement. Ses bras étaient à la limite d’être « absurdes », vu leur grosseur mais ils sont parfaitement proportionnés.
Si Roelly continue de réduire sa taille, il pourrait se convertir en le culturiste à battre les prochaines années.

5º William Bonac
William Bonac a grimpé trois places depuis l’Olympia de 2015 avec sa classification cette année à la 5e place. J’ai le pressentiment que sa classification continuera de s’améliorer. William ne semble vraiment pas avoir de points faibles évidents. On aurait cru que personne n’était capable de le surmonter. Ses proportions et symétrie sont maximum, c’était un des athlètes qui présentait la meilleure condition de la compétition et il retient une énorme quantité de muscles sur sa structure. La seule chose qui peut le maintenir un peu en arrière est qu’il est plus petit en taille que les autres. Sans parler avec les juges directement, je ne peux trouver aucune autre explication au fait qu’il ne se soit pas mieux classifié.

4º Big Ramy
Terminant seulement trois points devant William Bonac, nous avons Big Ramy qui a grimpé d’une place depuis l’an dernier pour se hisser à la quatrième place. Big Ramy est finalement apparu dense et dur durant la précompétition et a reçu le prix en conséquence. Lorsqu’un compétiteur présente autant de muscles que lui, c’est la mise au point qui fait tout. Vous pouvez soit ressembler à un bloc de viande sans aucune forme... ou bien à un monstre de la masse découpé avec des muscles qui explosent depuis les articulations. Big Ramy ressemblait à ce dernier. Ses jambes ressemblaient à des barils de bière avec de grandes séparations, sa taille était plus petite que d’habitude, ses dorsaux étaient phénoménaux de face mais aussi dans les poses de dos et lorsqu’il se tournait de profil, il avait l’air très musclé sans que le ventre ne ressorte de manière protubérante et détruise l’illusion. Big Ramy aurait pu avoir présenté plus de séparation et dureté pour se hisser parmi les trois premiers, mais pour quelqu’un de sa taille, il a montré une excellente mise au point.

3º Dexter Jackson
On a beaucoup parlé de l’âge de Kevin Levrone avant cette compétition, mais n’oubliez pas que Dexter Jackson fêtera ses 47 ans dans deux mois et il écrase encore des culturistes beaucoup plus jeunes que lui. Dexter est descendu d’une place par rapport à l’an dernier, mais il a toujours un aspect incroyable. Jackson était légèrement moins en forme que d’habitude durant la précompétition, où il aurait pu s’être montré un peu plus sec, en particulier dans les quadriceps. Durant les finales du samedi, Dexter est apparu beaucoup plus dur, mais il semblait un peu plus plat et ses muscles ne ressortaient pas lorsqu’il les contractait comme d’habitude. En plus, ses mollets étaient très petits, ce qui détruisait les proportions de ses jambes. Toutefois, Dexter fut un professionnel durant 18 ans et il continue de figurer parmi les trois premiers du Mr Olympia, conservant sa place comme un des meilleurs culturistes jamais vu à l’IFBB.

2º Shawn Rhoden
On dirait qu’à chaque fois que je dois écrire quelque chose sur Shawn Rhoden, je fais toujours référence à la place qu’il aurait eue s’il était tout simplement plus dur et avait plus de détails. Et bien, finalement, il apparu très dur, sec et avec beaucoup de détails et les juges lui ont décerné la place de vice-champion. Bien qu’il était plus dur et plus découpé que d’habitude, il aurait pu être meilleur de 2 -3 % et c’est ce qui l’a empêché de gagner le titre de Mr Olympia. Il n’a tout simplement pas cet aspect de découpes cristallines de Heath. Shawn possède un des physiques les plus agréables de l’IFBB avec des lignes qui fluent parfaitement, ce qui lui donne une des meilleures formes proportionnées du culturisme. Petite taille, dos immense, biceps avec pic, ischios ronds, quadriceps bombés.. tout est là. S’il continue d’améliorer sa mise au point, ou d’augmenter sa masse musculaire, Shawn pourrait parfaitement être le prochain Mr Olympia.

1º Phil Heath
Phil Heath faisait la une des titres cette année ; réussirait-il à égaler le record d’Arnold et Dorian Yates qui ont tous les deux décroché six victoires consécutives (Arnold obtint une septième victoire cinq ans après) ? Phil répondrait positivement à cette question et en plus, il ajouterait un point d’exclamation à la fin.
Phil est apparu encore mieux que l’an dernier avec son volume époustouflant de toujours et sa forme parfaite, accompagnés d’une folie de striations. C’était le dernier compétiteur à poser le vendredi soir durant la précompétition et en terminant sa première pose, tout le monde était d’accord sur le fait que ce serait une victoire facile pour lui. Phil a tout simplement dominé la compétition. Il n’y avait rien à dire et rien n’allait de travers. Il n’avait pas de points faibles, il était parfait de la tête aux pieds. Il est probable qu’il possède les meilleurs bras jamais vu avant dans le culturisme et ses poses de profil sont imbattables.
Phil a remporté sa sixième statue Sandow et il pourrait continuer sur la même voie durant les deux prochaines années. Sa véritable menace est Kai Greene et il ne semble pas que Kai et AMI (l’entreprise qui organise et sponsorise l’Olympia) le freine tout de suite dans sa course. La seule façon pour que Phil perde le titre est qu’il se présente dans une forme horrible, sinon personne ne peut le battre.
À partir du moment où il est capable de maintenir cet état de forme, il continuera d’accumuler ses victoires.

Remarques annexes
En parlant de victoires, pour être victorieux, il n’est pas forcément indispensable de remporter la première place. La victoire peut aussi se mesurer par l’accomplissement d’objectifs qui semblaient impossibles à atteindre.
Lorsque Kevin Levrone a annoncé qu’il concourrait à l’Olympia cette année, beaucoup de personnes ont pensé négativement en affirmant qu’il n’avait aucune chance de gagner. La question n’était peut-être pas de gagner. Il se peut qu’il s’agisse d’un homme qui ait deux fois l’âge des autres compétiteurs (Dallas McCarver n’a que 25 ans, comparé à Kevin qui est âgé de 52) et qui souhaite démontrer à tout le monde que le style de vie du culturisme vous permet d’avoir un aspect formidable, même lorsque pour le reste des gens, vous êtes considérés comme « trop vieux ». Peut-être que c’est un homme âgé de 52 ans et qui n’avait qu’un an pour se préparer et se prouver à lui-même qu’il pouvait encore s’entraîner comme un candidat à l’Olympia. Qui sait quelle était la véritable motivation ?
Kevin a démontré au public ce qu’une personne peut obtenir lorsqu’elle s’entête à quelque chose. Après 15 ans sans concourir et à un âge où la plupart des gens affirment ne plus pouvoir s’entraîner car le corps souffre de trop, il s’est soumis durant 12 mois à un régime sévère d’entraînement et de diète pour nous démontrer à tous que... « Si je peux le faire, vous aussi vous pouvez accomplir vos rêves ». Non seulement il est resté fidèle à sa parole, mais il a affronté les critiques unes à unes et les a assimilé parfaitement et avec robustesse. Il se peut qu’il ne soit pas aussi gros que lors de ses meilleurs moments, mais définitivement il a grandi en tant que personne et compétiteur. Il nous a démontré que les excuses communes n’ont pas de place dans l’esprit d’un guerrier et nous espérons qu’il soit source d’inspiration à une nouvelle génération de fans qui ne l’ont jamais vu concourir. Et s’il ne réussit à inspirer qu’une seule personne pour être meilleur, alors il aura décroché une victoire plus grande que celle de remporter le Sandow.
Concernant le sujet d’inspirer et de croître, durant la compétition, il fut annoncé que l’événement du Mr Olympia en lui-même atteindrait de nouveaux quotas de diffusion parmi le grand public.
La superstar d’Hollywood, Dwayne « The Rock » Johnson est monté sur le podium pour faire un discours émouvant sur la manière de vivre le style de vie du culturisme, ce qui l’aida à se convertir en ce qu’il est aujourd’hui et à atteindre tout ce dont il a obtenu. Donc pour rendre au sport son « pilier », sa compagnie de production émettra l’Olympia 2017 sur la chaîne CBS Sports, qui est une des trois chaînes les plus importantes du monde. Dwayne va se servir de son influence pour rendre au culturisme ce qu’il lui a offert et pour le conduire au grand public.
Il ouvrira un nouveau chapitre pour le sport que nous aimons tant.

Résultats
1er Phil Heath – 400 000 $
2e Shawn Rhoden  – 150 000 $
3e Dexter Jackson – 100 000 $
4e Big Ramy – 55 000 $
5e William Bonac – 45 000 $
6e Roelly Winklaar – 35 000 $
7e Cedric McMillan – 25 000 $
8e Dallas McCarver – 20 000 $
9e Josh Lenartowicz – 19 000 $
10e Justin Compton – 10 000 $
11e   Steve Kuclo
12e   Ben Pakulski
13e   Victor Martinez
14e   Nathan DeAsha
15e   Akim Williams
16e   Michael Lockett
17e   Lukas Osladil
18e   Kevin Levrone
19e   Brandon Curry

Flex Lewis décroche son sixième titre Mr Olympia, en moins de 96 kg

Dans la catégorie de culturisme masculin, le titre de Mr Olympia de moins de 96 kg de poids fut remportée pour la sixième fois par Flex Lewis.

Pour être honnête, Flex a plus de possibilités de détrôner Phil Heath que la plupart des compétiteurs de la catégorie open, sans limite de poids. Comme Phil, Flex n’a aucun point faible apparent. Son physique est parfait de la tête aux pieds avec une symétrie et une forme époustouflantes. Ajoutez à cela une mise au point supérieure et vous avez là le monstre destructeur en quoi s’est converti Lewis.

Ahmad Ashkanani d’Egypte s’est frayé un chemin vers la deuxième place. Il possède un physique dense comme le troisième classifié, Jose Raymond, sauf que Ahmad montre une meilleure séparation et plus de détails. Ahmad avait un aspect impressionnant dans l’expansion de dorsal de face et de dos, mais son double biceps de dos était aussi spectaculaire.
Eduardo Correa, du Brésil, a remporté les honneurs du quatrième classifié. Eduardo avait une meilleure forme que Jose et Ahmad, mais il n’avait tout simplement pas leur masse pure et leur envergure. En plus, ses jambes auraient pu avoir plus de détails.
L’ancien Mr Olympia de moins de 90 kg (il s’agissait du poids de cette même catégorie il y a quelques années), David Henry, s’accordait la cinquième place avec son physique proportionné. Les quatre athlètes au-dessus de lui avaient plus de muscle que David et c’est pour cela qu’ils furent capables de le surmonter.
Ces types peuvent concourir dans la catégorie de moins de 96 kg, mais on aurait dit qu’ils pouvaient se comparer en volume avec n’importe lequel de l’IFBB.
Comme nous l’avons mentionné avant, cet Olympia est dans les livres d’histoire et il fut dans tous les sens, la meilleure compétition !
Le champion actuel a égalé un record que seuls deux hommes n’avaient réussi auparavant et il est rentré dans l’élite du culturisme, deux guerriers ont défié les effets du temps, d’autres tout juste arrivé ont montré leurs armes et ont offert aux fans une vision du futur et l’annonce que ce sport peut faire un grand pas et atteindre le grand public l’an prochain.
Je meurs d’envie d’être déjà à l’an prochain pour assister à l’édition 2017 !

Résultats catégorie -96 kg
1er James « Flex » Lewis
2e Ahmad Ashkanani
3e Jose Raymond
4e Eduardo Correa
5e David Henry
6e Hidetada Yamagishi
7e Charles Dixon
8e Guy Cisternino
9e Ronny Rockel
10e Alex Cambronero